f

Vous pouvez enfin lire les articles décalés dont vous aviez toujours rêvé et les partager partout sur vos réseaux. Newz, société, culture, histoire de love, récits, positivité... Le cocktail sera pétillant !

Fb. In. Tw. Be.

Bienvenue sur la Planet Gold de Sofiane Pamart

Il est certainement le pianiste le plus stylé du game, Sofiane Pamart mélange comme personne l’élégance du piano et le côté street du rap. Souvenez-vous bien du nom de ce virtuose car, croyez-moi, vous n’avez pas fini d’en entendre parler. Son album Planet Gold sort aujourd’hui en version physique et on s’est dit qu’un portrait de ce pianiste à l’attitude de rappeur s’imposait. 

Il raconte que vers ses 3-4 ans, il entend pour la première fois la bande son du film Le Parrain. Il se met alors à rejouer les mélodies sur une sorte de piano électrique version jouet. Il est doué pour reconnaître les musiques de film et les rejouer instinctivement. Sa famille prend conscience qu’il a l’oreille absolue. Sa maman décide donc de l’inscrire au conservatoire de Lille quelques années plus tard. Il y entre à 7 ans et en ressort à 23, médaillé d’or pour son interprétation d’Alborada del grazioso, de Ravel. Sofiane Pamart voit le jour en 1991, il grandit dans la banlieue de Lille, à Hellemmes. Issu d’une fratrie de 3 enfants, tous passés par le conservatoire, sa soeur joue du violon et son frère du piano. Il est pourtant le seul à décider d’en faire son métier puisque sa soeur est devenue diplomate aux Affaires étrangères et que son frère est ingénieur en intelligence artificielle. Il souligne que l’on parle certes de sa médaille d’or mais qu’il a fait « beaucoup de choses au conservatoire, c’est un cursus très long » et il ajoute « (…) j’ai eu d’autres choses derrière encore plus dures à obtenir, qui sont vraiment spécifiques au milieu ». Il deviendra prof à son tour mais sera contraint d’arrêter faute de temps étant donné son succès grandissant. Outre son talent inné pour la musique, il est également titulaire d’un MBA de l’Ecole de Management des Industries créatives (EMIC), à Paris. Il a lancé sa start-up YouPiano depuis peu, avec pour objectif de rendre le piano accessible à tous et de se passer du solfège. En parallèle, il est aussi producteur et éditeur, et a créé sa société 88 Touches Production. En plus de ses nombreuses collaborations, dont nous vous parlerons dans quelques lignes, il a participé à la bande originale du jeu vidéo « Assassin’s Creed Valhalla ».

YL, Sofiane Pamart, RimK
Crédit photo : Instagram @sofianepamart
YL, Sofiane Pamart, RimK
Crédit photo : Instagram @sofianepamart

« Depuis tout petit, je sais que je vais tout péter quand je serai grand. »

Sofiane pamart

Il y a quelques jours, le média Grungecake qualifiait Sofiane de « talented pianist and virtuoso », quand La Croix parlait de « funambule du piano mêlant rap et classique ». Sofiane Pamart a de l’ambition, le fait savoir et a bien raison car son talent est indéniable. Il déclarait à nos confrères de Jeune Afrique « Depuis tout petit, je sais que je vais tout péter quand je serai grand. » Il rêvait de devenir un grand pianiste et le succès est au rendez-vous. Son look est soigné et aucun détail n’est laissé au hasard. Ses clips à l’esthétique cinématographique démontrent ce souci d’atteindre la perfection, de proposer un contenu qualitatif d’un point de vue musical mais également esthétique. Il raconte avoir, entre autres, été bercé par Booba, NTM ou encore 113 et qu’en écoutant leurs sons, il essayait d’imiter avec son piano le travail des machines qui était de sampler. Sofiane n’est plus un simple Prince de la ville mais bel et bien le Piano King, comme il s’est autoproclamé. Il a cette capacité à briser les codes élitistes du piano et se qualifie lui-même d’artiste néoclassique. Ces dernières années, il s’est forgé une solide réputation en tant que collaborateur privilégié des rappeurs. La liste n’est pas exhaustive mais on peut quand même citer quelques noms comme ceux de Scylla, Zola, YL, Rim K, Kery James, Grand corps malade, Médine, Nekfeu, Dinos, Selah Sue, ou encore Vald. Sofiane Pamart fait réellement le pont entre le rap et le piano et efface méticuleusement les barrières qui séparent habituellement ces deux planètes. Et son objectif est d’ailleurs très clair : devenir « le » pianiste du rap français. Charlie Chaplin nous transmettait des émotions avec des images, muettes, Sofiane Pamart fait de même à l’exception que les images, ici, sont des notes de musique à la fois douces et intenses, sans paroles. Et c’est là qu’est l’avantage du piano, c’est qu’il n’y a justement pas de paroles, ce qui lui permettra sûrement de connaître un grand succès également à l’étranger. Le clavier est donc son meilleur outil d’expression. 

Sofiane Pamart dans l’objectif de Nikos Aliagas Crédit photo : Instagram @sofianepamart

« Très intuitif émotionnellement parlant »

Scylla

Ce mélange entre le classique et le rap ne date pas d’aujourd’hui puisque Sofiane est à l’origine d’un groupe de rap, dont on apprécie le jeu de mots, Rapsodie. Composé de cinq musiciens, c’est bien évidemment lui qui est au piano. Leur album « Fugue » sort en 2015, ils enchaînent les projets et vont jusqu’à jouer en Palestine. Sofiane explique que leur groupe vient d’une rencontre humaine, avant tout, entre des musiciens issus de cultures musicales différentes. En 2018 et 2019, il collabore avec le rappeur belge Scylla. Ils sortent ensemble deux projets piano-voix qui deviendront les albums Pleine Lune et Pleine Lune 2. Une forte complicité et complémentarité règnent entre les deux artistes. C’est l’histoire d’un voyage musical si envoûtant que l’on n’a jamais envie d’alunir… Scylla décrit Sofiane comme un « filtre à émotions », « une véritable éponge émotionnelle », et quelqu’un de « très intuitif émotionnellement parlant ». Et on ressent effectivement tout un panel d’émotions dans sa musique, que Scylla va jusqu’à qualifier de « décharges émotionnelles ». Pourtant c’est tant de douceur, de finesse et de subtilité. Quand on écoute Sofiane Pamart, on fait le tour du monde en fermant les yeux pour mieux savourer son art. Il réussit à sublimer les textes de chaque artiste avec qui il collabore et on peut dire qu’artistiquement il se balade. Il confiait dans une interview avoir toujours ressenti le besoin « d’être différent, de prendre des risques » et de créer une case qui serait la sienne. «  En bref, d’exister en créant quelque chose de nouveau. » 

Sofiane Pamart. Crédit photo : Instagram @sofianepamart

Alunissage finalement prévu sur la Planet Gold 

Il y a un an, son premier album, solo, intitulé Planet voyait le jour. Aujourd’hui, sort la réédition de cette album, en version upgradée, Planet Gold. Au programme ? L’ajout de 6 titres inédits :  London, Madagascar, Nara, Sahara, Ha Long Bay et Berlin. Au total, 11 destinations et Planet, la dernière censée toutes les englober. Mes morceaux préférés, même s’il est difficile de choisir, sont Ha Long Bay, Madagascar, Nara et Sahara. Son album est à la fois mélancolique et doux. On ressent les thématiques de l’amour, du deuil, du recueillement et parfois même de la solitude, le tout porté avec élégance et poésie. On notera cependant l’absence du Maroc dans ces destinations même si la pochette de l’album y fait écho. Car oui, Sofiane est en partie berbère et originaire du sud-ouest du Maroc. C’est d’ailleurs à Taroudant, d’où vient son grand-père maternel que la photo de la pochette a été prise. Il est fier de ses origines et explique que choisir d’intégrer cette photo au disque « était un symbole fort ». D’ailleurs, l’idée de cet album est née dans le désert marocain où il n’avait pas de piano et devait donc mémoriser ses créations. Le principe ? Voyager et essayer de capter l’énergie de la ville puis se laisser inspirer pour enfin composer, même s’il le fait parfois en amont de ses voyages. Chez France Inter, il expliquait que cet album « C’est aussi un clin d’œil à mes origines nomades berbères auxquelles je tiens beaucoup, car c’est important pour moi ce sentiment de liberté et ce goût pour les voyages ». Sofiane Pamart n’hésite pas à nous livrer quelques détails de son histoire personnelle, de ce qui fait qu’il est lui. Il racontait à Thebackpackerz, « Aujourd’hui, je suis pianiste et quand je regarde d’où venait mon grand-père, qui travaillait dans des mines de charbon, je vois le chemin parcouru. On dit souvent : ‘from the bottom’. Eh bien moi, c’est plus : ‘from under the ground’, littéralement. Je n’oublierai jamais mon histoire familiale, on est responsable de ce que l’on fait, mais aussi des vies qui ont eu lieu avant nous et qui ont permis d’arriver où nous sommes aujourd’hui. » Et d’ajouter « Mes parents et mes grands-parents ont dû se battre pour s’en sortir. Cette hargne, ils me l’ont transmise. » C’est officiel, Chopin n’est plus mon Number one, car c’est maintenant Sofiane. 

L’album Planet Gold est disponible dès aujourd’hui en version physique.

Crédit photo Une : Adrien Beaujeant

Fondatrice de thedaybriefing.com

Comments
  • Sherazade

    Comme toujours, une vraie partie de plaisir à lire ton article. Je vais de suite écouter « Planet Gold » de Sofiane Pamart que je ne connaissais pas 🥰

    11 décembre 2020
    • thedaybriefing

      Merci beaucoup pour ton compliment et au plaisir d’échanger à ce sujet avec toi ! 💖

      25 décembre 2020
  • Franchement, super article ! Heja le top, comme tu dis !
    Je le suis depuis quelques temps déjà, et son album (standard, et la ré-édition Gold maintenant) sont devenus des incontournables – il ne se passe pas une semaine sans que je l’écoute ! Son parcours est vraiment impressionnant, et je lui souhaite vraiment une reconnaissance internationale encore plus forte ! 💪

    11 décembre 2020
    • thedaybriefing

      Mille mercis 😍 ! Et oui, autant fan de la version standard que de la réédition, une pépite 💎

      25 décembre 2020
Post a Comment

You don't have permission to register